L'audition

Le Mécanisme de l’audition


L’oreille comprend trois parties : l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne.


L’oreille externe

Elle comprend le pavillon et le conduit auditif. Le pavillon collecte les sons et le conduit auditif les guide jusqu'au tympan qui est mis en vibration. De part sa forme, l'oreille externe joue un rôle de captation et d'amplification. Le conduit auditif sécrète une substance cireuse, le cérumen, dont l’excès peut former un bouchon produisant une baisse temporaire de l’audition.

L’oreille moyenne

Derrière le tympan, l’oreille moyenne comprend une chaîne de 3 osselets minuscules : le marteau, l’enclume et l’étrier. Cette chaîne transmet les mouvements du tympan à l’oreille interne.

L’oreille interne

Elle renferme à la fois l'organe de l’équilibre et l'organe de l’audition appelé cochlée abritant environ 15.000 cellules sensorielles. Ces cellules jouent plusieurs rôles:

  • transformer les vibrations acoustiques en influx nerveux, message interprétable par le cerveau, et les diriger selon leur fréquence vers les fibres nerveuses qui lui sont connectées
  • Amplifier ou amortir les vibrations pour rendre les sons faibles perceptibles tout en limitant les sons forts
  • Amplifier les sons les plus pertinents de manière à améliorer le contraste entre les différentes composantes d'un son

Une atteinte de ces cellules peut donc non seulement générer une perte d'audition, mais également entrainer une altération de la qualité de la perception et une augmentation de la sensibilité aux sons forts.

Le son est une variation oscillatoire de pression, entrainant, si elle est perçue, une sensation auditive. Il se carractérise par son niveau (faible, moyen, fort) et par sa fréquence (grave, médium, aigu).

L’oreille humaine saine peu percevoir des sons d’une fréquence allant de 20 Hz (Herz) à 20000 Hz. Elle commence à les entendre à partir d’un niveau de 0 dB (déciBell) et ils sont perçus comme forts voir insupportables au-delà de 90 dB selon les personnes.

L’oreille possède donc deux limites de perception des nivaux sonores :

  • Le seuil de l’audition : là où on commence à entendre
  • Le seuil d’inconfort : là où le son n’est plus supportable

Les problèmes d’audition affectent ces 2 seuils, pas forcément dans les mêmes proportions, et de manière inégale selon les fréquences. Ainsi, une personne atteinte de déficience auditive peut ne plus entendre des sons à 60 dB et être aussi gênée qu’un normo entendant par des sons à 90 dB. De même une personne peut être atteinte d’une déficience dans les sons aigues et pas dans les sons graves. Le terme générique de « surdité » englobe en fait un très grand nombre de possibilité de pertes auditives, chacune ayant un retentissement différent sur la compréhension de la personne déficiente.